Menu

Press Release: Civil Liberties Group Files Argument in RCMP Commissioner Lawsuit

Posted on

FOR IMMEDIATE RELEASE

(le français suit)

April 1, 2021 – Ottawa, ON (Unceded Algonquin Anishnaabeg Territory) – Today, the BC Civil Liberties Association (BCCLA) filed its written argument in its lawsuit against RCMP Commissioner Brenda Lucki.

The BCCLA is suing the RCMP Commissioner for her extreme delay which prevented the release of a watchdog report by the Civilian Review and Complaints Commission (CRCC) into RCMP spying for nearly seven years. In its written submissions, the BCCLA argues the RCMP Commissioner’s extreme delay in responding breached her obligations under the RCMP Act and violated the BCCLA’s Charter right to freedom of expression. The BCCLA also argues that delays have plagued the complaints system for over a decade and it is time to hold the RCMP to account.

According to Paul Champ, Legal Counsel for the BCCLA: “Extreme delay has been the hallmark of the CRCC complaints process for over a decade. It is time to hold the RCMP Commissioner accountable for these systemic delays. We hope a strong judgment by the court will compel the RCMP to treat public complaints with the seriousness and respect they deserve.”

Kai Nagata, Communications Director at Dogwood, one of the organizations whose volunteers were spied on: “Enough is enough. The release of several major CRCC investigations this past year, including into RCMP spying on peaceful climate advocates, RCMP surveillance and illegal police stops during  anti-fracking protests in New Brunswick, and RCMP racism against Colten Boushie’s family, all make clear the RCMP need to be held accountable. The RCMP must be held to account both for their actions and for undermining the public complaints process.”

As of January 18, 2021, 156 interim reports by the CRCC were awaiting a response from the RCMP Commissioner. There are serious consequences for such delays, including situations where RCMP members have retired before the CRCC’s report on a complaint against them was complete.

Adds Jessica Magonet, Legal Counsel for the BCCLA: “The RCMP Commissioner should not be allowed to completely frustrate the complaints process by sitting on a report for years on end. Delays undermine public confidence in the police and make recommendations ineffective. When it comes to police oversight, justice delayed is justice denied.”

The lawsuit will be heard at the Federal Court of Canada, where the BCCLA is represented by Paul Champ of Champ & Associates and Jessica Magonet of the BCCLA.

MEDIA CONTACTS:

 The BCCLA Factum is available here. 

Background on BCCLA Litigation against RCMP Commissioner Brenda Lucki

In February 2014, the BCCLA filed a complaint against the RCMP claiming it illegally spied on Indigenous and climate advocates opposed to the Enbridge Northern Gateway Pipeline project. The BCCLA claimed this surveillance on democratic activities violated constitutional rights.

The RCMP watchdog, the CRCC, launched an investigation into the BCCLA’s complaint in 2014. In 2017, it completed its interim report and forwarded it to the RCMP Commissioner for response. The CRCC cannot prepare a final report available to the public and the BCCLA until the RCMP Commissioner responds.

Years passed and the BCCLA sent numerous letters to the CRCC and the RCMP Commissioner expressing serious concerns about the delay and seeking information about when the RCMP Commissioner would respond to the CRCC’s interim report.

On November 9, 2020, the BCCLA filed a lawsuit at the Federal Court of Canada against RCMP Commissioner Brenda Lucki for inexcusable delays preventing the release of the CRCC report.

The RCMP Act requires the RCMP Commissioner to respond to the interim report “as soon as feasible.” In 2019, the RCMP specifically committed to responding to CRCC reports in a 6 month timeline. But in this case, it took the RCMP Commissioner nearly three and a half years to respond, and the Commissioner only responded after the BCCLA filed its lawsuit. This is over double the average response time. It also violates the RCMP’s commitment to respond to these reports within 6 months.

Once the RCMP Commissioner provided her response, the CRCC was finally able to release its final report in December 2020 – nearly seven years after the BCCLA filed the complaint.

The CRCC found that the RCMP engaged in many forms of surveillance, including countless examples of RCMP “monitoring” individuals who were opposed to pipeline projects. The RCMP collected and retained comments and opinions expressed by individuals online, and also created secret “profiles” on organizers. The CRCC confirmed that the RCMP tracked and kept records on people who attended demonstrations, and even infiltrated an organizing workshop at the Kelowna United Church.

The CRCC concluded its report with the following: “A three-and-a-half-year delay would be egregious and unacceptable in any case. In the case of a matter of national public interest that recommended significant changes to the RCMP’s policies, it is incomprehensible.”

-30-

 

Pour diffusion immédiate

COMMUNIQUÉ DE PRESSE : Le Groupe des libertés civiles dépose un argumentaire dans la poursuite du commissaire de la GRC

(English version precedes)

Le 1er avril 2021 – Ottawa, ON (Territoire algonquin non cédé des Anishnaabeg) – Aujourd’hui, l’Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique (ALCCB) a déposé sa plaidoirie écrite dans sa poursuite contre la commissaire de la GRC, Brenda Lucki.

L’ALCCB poursuit la commissaire de la GRC pour son retard extrême qui a empêché la publication d’un rapport de surveillance de la Commission civile d’examen et de plaintes (CCEP) sur l’espionnage de la GRC pendant près de sept ans. Dans ses observations écrites, l’ALCCB soutient que l’extrême retard de la commissaire de la GRC à répondre a enfreint ses obligations en vertu de la Loi sur la GRC et a violé le droit de l’ALCCB à la liberté d’expression garanti par la Charte. L’ALCCB soutient également que les retards affectent le système de plaintes depuis plus d’une décennie et qu’il est temps de demander des comptes à la GRC.

Selon Paul Champ, conseiller juridique de l’ALCCB : « Les retards extrêmes sont la marque de commerce du processus de plaintes de la CCEP depuis plus d’une décennie. Il est temps de tenir la commissaire de la GRC responsable de ces retards systémiques. Nous espérons qu’un jugement ferme de la cour obligera la GRC à traiter les plaintes du public avec le sérieux et le respect qu’elles méritent. »

Kai Nagata, directeur des communications de Dogwood, l’une des organisations dont les bénévoles ont été espionnés : « Trop, c’est trop. La publication de plusieurs enquêtes importantes de la CCRC au cours de l’année écoulée, notamment sur l’espionnage par la GRC de défenseurs pacifiques du climat, la surveillance par la GRC et les arrestations illégales par la police lors de manifestations anti-fracturation au Nouveau-Brunswick, et le racisme de la GRC à l’égard de la famille de Colten Boushie, montrent clairement que la GRC doit être tenue responsable. La GRC doit être tenue responsable à la fois pour ses actions et pour avoir miné le processus de plaintes du public. »

En date du 18 janvier 2021, 156 rapports intérimaires de la CRCC attendaient une réponse de la commissaire de la GRC. Ces retards ont de graves conséquences, notamment des situations où des membres de la GRC ont pris leur retraite avant que le rapport de la CCEP sur une plainte déposée contre eux ne soit terminé.

Jessica Magonet, conseillère juridique de l’ALCCB ajoute : « La commissaire de la GRC ne devrait pas être autorisée à entraver complètement le processus de plainte en attendant un rapport pendant des années. Les retards minent la confiance du public envers la police et rendent les recommandations inefficaces. Lorsqu’il s’agit de la surveillance de la police, justice différée est justice refusée. »

La poursuite sera entendue à la Cour fédérale du Canada, où l’ALCCB est représentée par Paul Champ de Champ & Associates et Jessica Magonet de l’ALCCB.

CONTACTS AVEC LES MÉDIAS :

 

Contexte du litige de l’ALCCB contre la commissaire de la GRC Brenda Lucki

En février 2014, l’ALCCB a déposé une plainte contre la GRC, affirmant qu’elle avait espionné illégalement des défenseurs autochtones et climatiques opposés au projet d’oléoduc Northern Gateway d’Enbridge. L’ALCCB a affirmé que cette surveillance des activités démocratiques violait les droits constitutionnels.

Le gardien vigilant de la GRC, la CCEP, a lancé une enquête sur la plainte de l’ALCCB en 2014. En 2017, elle a terminé son rapport provisoire et l’a transmis au commissaire de la GRC pour qu’il y réponde. La CCEP ne peut pas préparer un rapport final disponible pour le public et l’ALCCB avant que la commissaire de la GRC ne réponde.

Les années passent et l’ALCCB envoie de nombreuses lettres à la CCEP et à la commissaire de la GRC pour exprimer de sérieuses inquiétudes quant au retard et pour demander des informations sur le moment où la commissaire de la GRC répondra au rapport provisoire de la CCEP.

Le 9 novembre 2020, l’ALCCB a intenté une action en justice devant la Cour fédérale du Canada contre la commissaire de la GRC, Brenda Lucki, pour les retards inexcusables empêchant la publication du rapport de la CRCC.

La loi sur la GRC exige que la commissaire de la GRC réponde au rapport provisoire « dès que possible ». En 2019, la GRC s’est spécifiquement engagée à répondre aux rapports de la CCEP dans un délai de 6 mois. Mais dans ce cas, il a fallu près de trois ans et demi à la commissaire de la GRC pour répondre, et la commissaire n’a répondu qu’après que l’ALCCB ait déposé son action en justice. C’est plus du double du temps de réponse moyen. Cela viole également l’engagement de la GRC à répondre à ces rapports dans un délai de 6 mois.

Une fois que la commissaire de la GRC a fourni sa réponse, la CCEP a finalement pu publier son rapport final en décembre 2020, soit près de sept ans après le dépôt de la plainte par l’ALCCB.

La CCEP a constaté que la GRC s’est livrée à de nombreuses formes de surveillance, y compris d’innombrables exemples de « surveillance » par la GRC de personnes qui s’opposaient aux projets de gazoducs. La GRC a recueilli et conservé des commentaires et des opinions exprimés par des personnes en ligne, et a également créé des « profils » secrets sur des organisateurs. La CCEP a confirmé que la GRC a suivi et conservé des dossiers sur les personnes qui assistaient aux manifestations, et a même infiltré un atelier d’organisation à l’Église Unie de Kelowna.

La CCEP a conclu son rapport de la façon suivante : « Un retard de trois ans et demi serait flagrant et inacceptable dans tous les cas. Dans le cas d’une affaire d’intérêt public national qui recommandait des changements importants aux politiques de la GRC, il est incompréhensible. »

-30-