Menu

Rights Groups Conclude Solitary Confinement Cases at Supreme Court of Canada

Posted on

(le français suit)

For Immediate Release

Vancouver and Toronto: Today, the BC Civil Liberties Association (BCCLA), the John Howard Society of Canada (JHSC), and the Canadian Civil Liberties Association (CCLA) announced they are ending their cross appeals at the Supreme Court of Canada in their respective solitary confinement cases, bringing the litigation to a conclusion. These rights groups have been challenging the use of solitary confinement in federal prisons for years. In 2019, the groups secured significant victories when the top courts of British Columbia and Ontario ruled that federal laws authorizing prolonged, indefinite solitary confinement were inhumane and unconstitutional. Last month, the federal government finally abandoned its attempt to overturn these historic decisions at the Supreme Court of Canada.

The rights groups are pleased their litigation achieved tremendous progress toward ending prolonged solitary confinement. Indeed, the challenged legislation has now been repealed, and the BC and Ontario Courts of Appeal decisions have been relied on in successful class actions brought by prisoners held in isolation. At the same time, the groups recognize that much work remains to be done to end prolonged solitary confinement in Canada. They remain concerned that the government’s new law, Bill C-83 enacted in 2019, will continue to allow prolonged, indefinite solitary confinement in federal prisons under a different name. Additionally, a recent report from the Office of the Correctional Investigator indicates that the Correctional Service of Canada is placing prisoners in solitary confinement to limit the risk of transmission of COVID-19. Further, prolonged solitary confinement continues to be used in provincial jails.

Joe Arvay, QC, OC, OBC (Counsel for the BCCLA and the JHSC) states: “Prolonged, indefinite solitary confinement is cruel and inhumane. This psychologically destructive practice places prisoners at an increased risk of self-harm and suicide. It also exacerbates inequality, as Indigenous and mentally ill prisoners are more likely to be placed in solitary confinement. The BC and Ontario Court of Appeal decisions are clear: prolonged, indefinite solitary confinement has no place in our constitutional democracy.”

Alison Latimer (Counsel for the BCCLA and the JHSC) states: “These cases have shown that Canada must change the way it uses solitary confinement in its prisons. Time limits and independent external oversight are constitutionally required. In the wake of these decisions, solitary confinement should no longer be used to warehouse prisoners with mental health issues and greater care must be taken to ensure conditions of confinement do not exacerbate inequality for indigenous inmates. While these cases challenged federal laws, the reasoning should pave the way for significant change in both federal and provincial institutions across the country.

Jonathan Lisus, Lax O’Sullivan Lisus Gottlieb LLP (Counsel for CCLA) states: “In striking down the solitary confinement regime of the Correctional Services Act because it imposed cruel and unusual treatment, Chief Justice Strathy and Justices Benotto and Roberts brought the rule of law into our penitentiaries and closed a dark chapter in Canadian penal history. This bold decision will spare many of society’s most vulnerable from the gruesome effects of indefinite isolation and bring our prisons into line with international standards.”

Michael Rosenberg, McCarthy Tétrault LLP (Counsel for CCLA) states: “When we started this case there was a law on the books that saw people locked away in tiny, sometimes windowless cells, for twenty-three hours a day or more, every day, indefinitely.  Too often they stayed locked away long after they were broken, and tragically, too many took their own lives to escape.  The courts have unanimously condemned the practice of prolonged solitary confinement as cruel and unusual treatment that has no place in this country.  Because the CCLA, BCCLA, and JHS took a stand, there is now a 15-day hard cap with no exceptions.  In abandoning its appeal to the Supreme Court, Canada has finally acknowledged this outside limit on human suffering.  We will be watching closely to ensure that our government lives up to its promise to do better.”

Catherine Latimer (Executive Director of the JHSC) states: “The John Howard Society of Canada is enormously pleased by the important decisions from the BC courts establishing the need for independent, external decision-makers for the isolated confinement of prisoners and recognizing the need for safeguards to protect the mental and physical health of those subjected to such damaging confinement.  Important Charter rights of prisoners have been recognized and protected.  It is our hope that the principles from these decisions will inform all carceral confinement that meets the UN definition of solitary confinement.”

Michael Bryant (Executive Director, CCLA) states: “The Canadian Civil Liberties Association, BC Civil Liberties Association, and John Howard Society are separate organizations that banded together to coordinate a powerful change to Canadian law, fought tooth and nail by both Harper and Trudeau governments, until this 11th hour withdrawal by the feds.  The new legal changes wrought through public interest litigation required heroic and brilliant pro bono lawyering by our counsel.  Canada is the better for it.”

Noa Mendelsohn Aviv (Equality Program Director, CCLA) states: “After years of fighting – in the courts, at the Ashley Smith Inquest, before Parliament – we still have a long way to go. These legal victories will hopefully send a signal to every person who has been or will be held in inhumane conditions, that there is room for hope, and a reason to continue fighting for justice and fundamental rights.”

Grace Pastine (Litigation Director for the BCCLA) states:  “This litigation was made possible by the current and former prisoners who bravely stepped forward to provide crucial evidence. They described spending up to 22 hours a day locked in a cell about the size of a parking spot, their only human contact through the meal slot in the door. The cases are victories for prisoners and everyone who objects to the barbaric practice of prolonged solitary confinement, used by the Correctional Service of Canada as a routine form of prison management. We hope that the government will commit itself to upholding the fundamental rights of prisoners and basic human decency by abolishing this abhorrent practice once and for all.”

Jessica Magonet (Staff Counsel at the BCCLA) states: “We will continue to monitor the implementation of Bill C-83 to ensure the federal government is not circumventing the strong rulings from the BC and Ontario Courts of Appeal. We are also monitoring the use of prolonged solitary confinement in provincial institutions. We will fight to ensure that prisoners are no longer subjected to this cruel and unconstitutional practice. We are extremely disturbed by the numerous reports that the Correctional Service of Canada is using lengthy solitary confinement to isolate prisoners during the COVID-19 pandemic. The health of inmates can and must be protected without resorting to this cruel practice.”

The BCCLA and JHSC are represented by Joe Arvay, OC, OBC, QC of Arvay Finlay LLP and Alison Latimer of Alison Latimer LLP. The CCLA is represented by Jonathan Lisus and Larissa Moscu of Lax O’Sullivan Lisus Gottlieb and Michael Rosenberg, Charlotte-Anne Malischewski, and Jacob Klugsberg of McCarthy Tétrault.

Media Contacts:

  • Catherine Latimer, Executive Director at the John Howard Society of Canada, at 613-219-6471, or [email protected]
  • Noa Mendelsohn Aviv, Equality Program Director at CCLA, at 647-780-9802, or [email protected] or [email protected]
  • Grace Pastine, Litigation Director at the BCCLA, at 778-918-0250 or [email protected]
  • Jessica Magonet, Staff Counsel at the BCCLA, at 514-910-4769 or [email protected] (available for comment in English or French)

Des groupes de défense des droits concluent des affaires d’isolement cellulaire devant la Cour suprême du Canada

Pour diffusion immédiate
Mercredi 27 mai 2020

Vancouver et Toronto : Aujourd’hui, l’Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique (ALCCB), la Société John Howard du Canada (SJHC) et l’Association canadienne des libertés civiles (ACLC) ont annoncé qu’elles mettaient fin à leurs appels incidents devant la Cour suprême du Canada dans leurs affaires respectives d’isolement cellulaire, mettant ainsi un terme au litige. Ces groupes de défense des droits contestent le recours à l’isolement cellulaire dans les prisons fédérales depuis des années. En 2019, les groupes ont remporté d’importantes victoires lorsque les tribunaux de dernier ressort de la Colombie Britannique et de l’Ontario ont statué que les lois fédérales autorisant l’isolement cellulaire prolongé et indéfini étaient inhumaines et inconstitutionnelles. Le mois dernier, le gouvernement fédéral a finalement abandonné sa tentative d’annuler ces décisions historiques devant la Cour suprême du Canada.

Les groupes de défense des droits sont heureux que leur action en justice ait permis d’accomplir des progrès considérables vers la fin de l’isolement cellulaire prolongé. En effet, la législation contestée a maintenant été abrogée, et les décisions des cours d’appel de la Colombie-Britannique et de l’Ontario ont été invoquées dans le cadre de recours collectifs fructueux intentés par des prisonniers détenus en isolement. Dans le même temps, les groupes reconnaissent qu’il reste beaucoup à faire pour mettre fin à l’isolement cellulaire prolongé au Canada. Ils restent préoccupés par le fait que la nouvelle loi du gouvernement, le projet de loi C-83 promulgué en 2019, continuera à autoriser l’isolement cellulaire prolongé et indéfini dans les prisons fédérales sous un autre nom. En outre, un rapport récent du Bureau de l’enquêteur correctionnel indique que le Service correctionnel du Canada place les prisonniers en isolement cellulaire pour limiter le risque de transmission de COVID-19. De plus, l’isolement cellulaire prolongé continue d’être utilisé dans les prisons provinciales.

Joe Arvay, QC, OC, OBC (avocat de l’ALCCB et de la SJHC) déclare « L’isolement cellulaire prolongé et indéfini est cruel et inhumain. Cette pratique psychologiquement destructrice expose les prisonniers à un risque accru d’automutilation et de suicide. Elle exacerbe également l’inégalité, car les prisonniers autochtones et les prisonniers atteints d’une maladie mentale sont plus susceptibles d’être placés en isolement. Les décisions des cours d’appel de la Colombie-Britannique et de l’Ontario sont claires : l’isolement cellulaire prolongé et indéfini n’a pas sa place dans notre démocratie constitutionnelle ».

Alison Latimer (avocate de l’ALCCB et de la SJHC) déclare « Ces affaires ont montré que le Canada doit changer la façon dont il utilise l’isolement cellulaire dans ses prisons. Des limites de temps et un contrôle externe indépendant sont exigés par la constitution. Suite à ces décisions, l’isolement cellulaire ne doit plus être utilisé pour entreposer les prisonniers ayant des problèmes de santé mentale et il faut veiller davantage à ce que les conditions d’enfermement n’exacerbent pas l’inégalité pour les détenus autochtones. Bien que ces affaires remettent en cause les lois fédérales, le raisonnement devrait ouvrir la voie à des changements significatifs dans les institutions fédérales et provinciales du pays.

Jonathan Lisus, Lax O’Sullivan Lisus Gottlieb LLP (avocat de l’ACLC) déclare « En invalidant le régime d’isolement cellulaire de la Loi sur les services correctionnels parce qu’il imposait un traitement cruel et inhabituel, le juge en chef Strathy et les juges Benotto et Roberts ont fait entrer l’État de droit dans nos pénitenciers et ont clos un chapitre sombre de l’histoire pénale canadienne. Cette décision audacieuse épargnera à de nombreuses personnes parmi les plus vulnérables de la société les effets horribles de l’isolement indéfini et mettra nos prisons en conformité avec les normes internationales ».

Michael Rosenberg, McCarthy Tétrault LLP (avocat de l’ACLC) déclare « Lorsque nous avons commencé cette affaire, il existait une loi qui prévoyait d’enfermer les gens dans de minuscules cellules, parfois sans fenêtre, pendant vingt-trois heures par jour ou plus, tous les jours, indéfiniment. Trop souvent, ils restaient enfermés longtemps après avoir été brisés et, tragiquement, trop d’entre eux se suicidaient pour s’échapper. Les tribunaux ont unanimement condamné la pratique de l’isolement cellulaire prolongé comme étant un traitement cruel et inhabituel qui n’a pas sa place dans ce pays. Parce que l’ACLC, l’ALCCB et la SJH ont pris position, il y a maintenant un plafond strict de 15 jours sans exception. En abandonnant son recours devant la Cour suprême, le Canada a finalement reconnu cette limite extérieure en rapport à la souffrance humaine. Nous surveillerons de près la situation pour nous assurer que notre gouvernement tient sa promesse d’améliorer la situation ».

Catherine Latimer (directrice générale de la SJHC) déclare « La Société John Howard du Canada se réjouit énormément des décisions importantes des tribunaux de la Colombie-Britannique qui établissent la nécessité d’avoir des décideurs indépendants et externes pour l’isolement des prisonniers et reconnaissent la nécessité de garanties pour protéger la santé mentale et physique de ceux qui sont soumis à un confinement aussi préjudiciable.  D’importants droits des prisonniers ont été reconnus et protégés par la Charte. Nous espérons que les principes découlant de ces décisions guideront tous les types d’internement qui répondent à la définition de l’ONU de l’isolement cellulaire ».

Michael Bryant (directeur général, ACLC) déclare : « L’Association canadienne des libertés civiles, l’Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique et la Société John Howard sont des organismes distincts qui se sont regroupés pour coordonner un puissant changement de la loi canadienne, combattu bec et ongles par les gouvernements Harper et Trudeau, jusqu’à ce retrait de dernière minute par les fédéraux. Les nouveaux changements juridiques apportés par le biais de litiges d’intérêt public ont nécessité un travail d’avocat héroïque et brillant, effectué bénévolement par nos avocats. Le Canada en est beaucoup mieux ».

Noa Mendelsohn Aviv (directrice du programme d’égalité, CCLA) déclare : « Après des années de combat – devant les tribunaux, lors de l’enquête sur Ashley Smith, devant le Parlement – nous avons encore un long chemin à parcourir. Nous espérons que ces victoires juridiques enverront un signal à chaque personne qui a été ou sera détenue dans des conditions inhumaines, qu’il y a de la place pour l’espoir et une raison de continuer à se battre pour la justice et les droits fondamentaux ».

Grace Pastine (directrice du contentieux pour l’ALCCB) déclare : « Ce litige a été rendu possible par les prisonniers actuels et anciens qui se sont courageusement avancés pour fournir des preuves cruciales. Ils ont décrit avoir passé jusqu’à 22 heures par jour enfermés dans une cellule de la taille d’une place de stationnement, leur seul contact humain par la fente de repas dans la porte. Ces affaires sont des victoires pour les prisonniers et tous ceux qui s’opposent à la pratique barbare de l’isolement cellulaire prolongé, utilisée par le Service correctionnel du Canada comme une forme de gestion courante des prisons. Nous espérons que le gouvernement s’engagera à faire respecter les droits fondamentaux des prisonniers et la décence humaine élémentaire en abolissant cette pratique odieuse une fois pour toutes ».

Jessica Magonet (avocate-conseil à l’ALCCB) déclare : « Nous continuerons à surveiller la mise en œuvre du projet de loi C-83 pour nous assurer que le gouvernement fédéral ne contourne pas les décisions sévères des cours d’appel de la Colombie-Britannique et de l’Ontario. Nous surveillons également le recours à l’isolement cellulaire prolongé dans les institutions provinciales. Nous nous battrons pour que les prisonniers ne soient plus soumis à cette pratique cruelle et anticonstitutionnelle. Nous sommes extrêmement préoccupés par les nombreux rapports selon lesquels le Service correctionnel du Canada a recours à l’isolement cellulaire prolongé pour isoler les prisonniers pendant la pandémie COVID-19. La santé des détenus peut et doit être protégée sans avoir recours à cette pratique cruelle ».

L’ALCCB et la SJHC sont représentées par Joe Arvay, OC, OBC, QC d’Arvay Finlay LLP et Alison Latimer d’Alison Latimer LLP. L’ACLC est représentée par Jonathan Lisus et Larissa Moscu de Lax O’Sullivan Lisus Gottlieb et Michael Rosenberg, Charlotte-Anne Malischewski et Jacob Klugsberg de McCarthy Tétrault.

Contacts pour les médias :

  • Catherine Latimer, directrice générale de la Société John Howard du Canada (613-219-6471 ou [email protected])
  • Noa Mendelsohn Aviv, directrice du programme d’égalité à l’ACLC (647-780-9802 ou [email protected] ou [email protected])
  • Grace Pastine, directrice du contentieux à l’ALCCB (778-918-0250 ou [email protected])
  • Jessica Magonet, avocate-conseil à l’ALCCB (514-910-4769 ou [email protected]disponible pour commentaires en anglais ou en français