Menu

Refugee, Human Rights, and Legal Organizations Call for Border to be Reopened to Refugees in Lead Up to Refugee Rights Day

Posted on

For Immediate Release

In the lead up to Refugee Rights Day, refugee, human rights, legal and civil liberties organizations are renewing their call for the Government of Canada to reopen the Canada-US border to refugee claims. Effective March 21, 2020, an Order-In-Council prohibits refugee claimants arriving from the United States to enter Canada for the purposes of refugee protection.

The Canadian Council for Refugees, Canadian Association of Refugee Lawyers, Amnesty International, and BC Civil Liberties Association jointly call on the government to reconsider its closure of the Canada-US border to refugees. This closure violates international law. With Refugee Rights Day being marked across Canada on April 4, these organizations are calling attention to the grave threat to refugee rights with the prohibition on refugee arrivals at the land border.

According to Dorota Blumczynska, President of the Canadian Council for Refugees, “The right to seek asylum, to seek refuge, cannot and must be not compromised in the midst of this global pandemic. In fact, in times of such tremendous uncertainty, we must recommit and uphold the rights which are fundamental to our existence. It is abhorrent to turn away refugees who have every legal right, under both Canadian and international law, to enter Canada in order to save their lives. The Government of Canada with support from our Public Health Officials has the means to put in place self-isolation requirements for arriving refugee claimants. Refugee claimants, including families with children, are equally invested in the wellbeing of their loved ones, their neighbours, and friends and would pose no greater threat to public health than arriving international students or temporary foreign workers.”

Turning back refugee claimants to the US violates Canada’s legal obligations under the 1951 Refugee Convention, protected rights under section 7 and section 15 of the Canadian Charter of Rights and Freedom, and could violate the Convention against Torture. The UN High Commissioner for Refugees has published key legal considerations on refugees seeking asylum in the context of the COVID-19 response. These legal considerations clearly stipulate that imposing a blanket measure to preclude the admission of refugees without evidence of a health risk and without measures to protect refugees from forced return to persecution or torture would be discriminatory and would not meet international standards.

“Canada’s decision is out of step with public health measures designed to curb the spread of COVID-19, and runs counter to our international legal obligations. From moral, public health and legal perspectives, closing the border to refugee claimants is wrong. Turning refugee claimants away—including as a result of the decision to shut down the Canada/US border—exposes refugees, who face increased hardship, danger and ostracization worldwide related to this pandemic, to serious human rights violations, including inhumane immigration detention conditions and the risk of refoulement to torture and other human rights abuses,” states Alex Neve, Secretary General at Amnesty International Canada.

According to Harsha Walia, Executive Director of the BC Civil Liberties Association, “The federal announcement to temporarily suspend refugee arrivals at the Canada-US border violates international law, refugee rights, and principles of human rights. It is also not necessary to preserve public health. Refugees must be actively included in, not excluded from, our public health response. This decision is particularly disturbing as we celebrate Refugee Rights Day on April 4. Refugees have a right to safety and the COVID-19 pandemic is a global one; we can’t displace the pandemic beyond our borders.”

“We urge the Prime Minister to reconsider. The government had earlier announced a sensible plan to ensure safe housing and quarantine for refugees crossing in to Canada during the COVID-19 crisis. The vast majority of refugees were crossing at a specific location, and this ensured orderly processing into the refugee system, and fulsome application of public health measures. If this policy is maintained, even in the short term, the federal government must secure firm assurances that refugee claimants who are turned back at the border and into ICE custody, are not returned to their country of persecution, nor placed into immigration detention. Canada should also commit that such claimants will be able to return to the border after the crisis is over, without prejudice to their ability to seek refugee protection in this country,” further states Maureen Silcoff, President of the Canadian Association of Refugee Lawyers.

The groups maintain that the closure of the border to refugees is unnecessary and unjustified. It endangers both refugees and our public health. We do not have to choose between tackling the pandemic and upholding human rights: we can and should do both.

– 30 –

Media inquiries:
Janet Dench, Canadian Council for Refugees: [email protected]
Lucy Scholey, Media Relations Officer at Amnesty International Canada: 613-853-2142
Anthony Navaneelan, Vice-President, Canadian Association of Refugee Lawyers: 416-873-7528
Harsha Walia, Executive Director of the BC Civil Liberties Association: 778-885-0040

À LA VEILLE DE LA JOURNÉE DES DROITS DES RÉFUGIÉS, DES ORGANISATIONS DE RÉFUGIÉS, DE DROITS HUMAINS  ET DES ORGANISATIONS JURIDIQUES APPELLENT À LA RÉOUVERTURE DE LA FRONTIÈRE AUX PERSONNES RÉFUGIÉES

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Montréal, le 2 avril 2020 – Des organisations de réfugiés, ainsi que des organisations juridiques, de droits humains et de libertés civiles, ont renouvelé leur appel au gouvernement du Canada afin que la frontière entre le Canada et les États-Unis soit réouverte aux personnes demandant le statut de réfugié. Ayant pris effet le 21 mars 2020, un décret interdit l’entrée au Canada des demandeurs d’asile en provenance des États-Unis, aux fins de protection des personnes réfugiées.

Le Conseil canadien pour les réfugiés, l’Association canadienne des avocats et avocates en droit des réfugiés, Amnistie internationale, et la Civil Liberties Association de Colombie-Britannique, lancent conjointement un appel au gouvernement du Canada afin que celui-ci reconsidère la fermeture de la frontière entre le Canada et les États-Unis aux personnes réfugiées. Cette fermeture constitue une violation du droit international. En vue de la Journée des droits des réfugiés, célébrée à travers le Canada le 4 avril, ces organisations veulent attirer l’attention sur la grave menace qui pèse sur les droits des personnes réfugiées avec cette interdiction d’entrée à la frontière canado-américaine.

Dorota Blumczynska, présidente du Conseil canadien pour les réfugiés, déclare : « Nous sommes outrés et profondément déçus que le gouvernement renonce à l’État de droit en retournant les demandeurs d’asile à la frontière terrestre entre les États-Unis et le Canada. Le Canada est capable d’accueillir des réfugiés en conformité avec la loi, tout en assurant leur isolement, tel qu’exigé par les responsables de la santé publique. Pendant cette pandémie, comme en d’autres temps, nous devons respecter nos engagements envers les droits des réfugiés, y compris l’obligation légale fondamentale de ne pas retourner les réfugiés à nos frontières. »

Retourner les personnes réfugiées aux États-Unis viole les obligations légales du Canada selon la Convention relative au statut des réfugiés de 1951, les droits protégés par les sections 7 et 15 de la Charte canadienne des droits et libertés, et pourrait violer la Convention contre la torture. Le haut-commissaire des Nations unies pour les réfugiés a publié des considérations juridiques sur les réfugiés demandeurs d’asile et de protection dans le contexte de la réponse à la COVID-19. Ces considérations juridiques stipulent clairement qu’« imposer une mesure globale pour interdire l’accueil de réfugiés ou de demandeurs d’asile, ou de personnes d’une ou de nationalités particulières, sans preuve de risques pour la santé et sans mesures de protection contre les retours forcés à la persécution et à la torture, serait discriminatoire et ne respecterait pas les normes internationales.

France-Isabelle Langlois, directrice générale d’Amnistie internationale Canada « Refuser l’entrée aux demandeurs d’asile – même si cela résulte de la décision de fermer la frontière canado-américaine – expose les personnes réfugiées, déjà confrontées à des difficultés et dangers croissants et à l’ostracisme lié à cette pandémie partout dans le monde, à de graves violations des droits humains, tels des conditions inhumaines de détention, de torture et autres violations des droits humains ».

Harsha Walia, directrice de la Civil Liberties Association de la Colombie-Britannique, ajoute : « L’annonce du gouvernement fédéral de suspendre temporairement l’arrivée de réfugiés à la frontière canado-américaine viole le droit international ainsi que les principes des droits humains, et n’est pas nécessaire pour préserver la santé publique. Cette décision est particulièrement troublante alors que nous nous apprêtons à célébrer la Journée des droits des réfugiés le 4 avril. Les réfugiés ont droit à la sécurité, la pandémie de COVID-19 étant une pandémie mondiale, nous ne pouvons pas la déplacer hors de nos frontières. »

« Nous demandons instamment au premier ministre de revoir cette décision. Le gouvernement avait annoncé précédemment un plan raisonnable pour garantir l’hébergement et une quarantaine sécuritaires pour les réfugiés qui entraient au Canada pendant la crise de la COVID-19. La grande majorité des réfugiés traversaient en un lieu spécifique, ce qui assurait un processus ordonné vers le système des réfugiés, ainsi qu’une application exhaustive des mesures de santé publique. Si cette politique est maintenue, même à court terme, le gouvernement fédéral doit obtenir la ferme assurance que les demandeurs d’asile qui sont retournés à la frontière et placés sous la garde de l’ICE ne seront pas renvoyés dans le pays qui les persécute ni placés en détention d’immigrants. Le Canada devrait aussi s’engager à ce que ces demandeurs puissent revenir à la frontière lorsque la crise sera terminée, sans préjudice de leur capacité à demander la protection pour les réfugiés dans ce pays », ajoute Maureen Silcoff, présidente de l’Association canadienne des avocats et avocates en droit des réfugiés.

La fermeture de la frontière aux réfugiés n’est pas nécessaire et elle est injustifiée; elle met les réfugiés à risque. Nous n’avions pas à choisir entre gérer la pandémie et respecter les droits humains: nous pouvons et devrions faire les deux.

– 30 –

Relations avec les médias:

  • Janet Dench, directrice générale du Conseil canadien pour les réfugiés : [email protected]
  • Khoudia Ndiaye, directrice des communications et stratégies, Amnistie internationale Canada : [email protected] | 514 560-5731
  • Anthony Navaneelan, Vice-président de l’Association canadienne des avocats et avocates en droit des réfugiés: 416-873-7528
  • Harsha Walia, directrice générale de la Civil Liberties Association de Colombie-Britannique : 778-885-0040