Menu

BCCLA reacts to national security report of public safety committee

Posted on

(Le français suit)

For immediate release

VANCOUVER (May 2, 2017) – The BC Civil Liberties Association (BCCLA) reacted this morning to report of the Standing Committee on Public Safety and National Security on a road map for Canada’s national security. Josh Paterson, Executive Director of the BCCLA, stated:

“This report contains a number of very good recommendations and the government ought to take them very seriously. The MPs on the committee recognized that the government needs to go further than it has in order to ensure the accountability of national security agencies. A committee of Parliamentarians to review national security is not enough; there must be a dedicated, integrated agency to provide review of national security operations across the whole of the government. In addition, the committee strongly recognized the need to ensure that human rights and civil liberties are protected in national security decision-making.

That said, some important recommendations were left out, and are only included in the supplemental opinion of the New Democrats, including stronger powers for the review committee of Parliamentarians, a full repeal of Bill C-51, and the repeal of the ministerial directive on torture to ensure that the government can never rely on information obtained through torture or share information that is likely to result in torture.”

Liberal members signed on to all recommendations, New Democrats agreed with the recommendations but added several of their own, while the Conservative members issued a dissent expressing concern about some recommendations.

 

L’ALCCB réagit au rapport concernant la sécurité nationale du comité de sécurité publique

Pour diffusion immédiate

VANCOUVER (2 mai 2017) – L’Association des libertés civiles de la Colombie-britannique (ALCCB) a réagi ce matin au rapport du Comité permanent de la sécurité publique et nationale concernant la sécurité nationale du Canada. Josh Paterson, directeur général de l’ALCCB, a déclaré:

“Ce rapport contient un certain nombre de très bonnes recommandations et le gouvernement devrait les prendre au sérieux. Les députés du comité ont reconnu que le gouvernement doit aller plus loin pour assurer la responsabilité des organismes de sécurité nationale. Le comité de  parlementaires pour examiner la sécurité nationale n’est pas suffisant – il faut créer une agence dédiée et intégrée chargée d’examiner les opérations de sécurité nationale dans l’ensemble du gouvernement. En outre, le comité a fortement reconnu la nécessité de veiller à ce que les droits de la personne et les libertés civiles soient protégés dans la prise de décisions en matière de sécurité nationale.

Cela dit, certaines recommandations importantes ont été laissées de côté et ne figurent que dans l’opinion complémentaire des Néo-démocrates, y compris des pouvoirs augmentés pour le comité d’examen des parlementaires, une abrogation complète du projet de loi C-51 et l’abrogation de la directive ministérielle sur la torture afin de s’assurer que le gouvernement ne peut jamais utilser des renseignements obtenus par la torture ou partager des informations susceptibles d’entraîner la torture “.

Les députés Libéraux ont signé toutes les recommandations; les Néo-démocrates ont accepté les recommandations, mais ont ajouté plusieurs de leurs propres recommandations, alors que les membres Conservateurs ont émis une dissidence exprimant leur inquiétude à propos de certaines recommandations.